Balenciaga : pourquoi leurs nouvelles paires de baskets font-elles polémique ?


Décidément ces derniers temps, Balenciaga cumule les bad buzz sur les réseaux sociaux. Le dernier en date ? Des paires de baskets totalement destroy et pourtant vendues à des prix hallucinants.


Ces dernières 48 heures, les réseaux sociaux se sont enflammés autour d’un sujet brûlant : les nouvelles paires de baskets lancées par Balenciaga. Il faut dire que depuis quelques temps, la maison de couture cumule les polémiques. Son jogging avec un empiècement représentant un caleçon et commercialisé 975€ a été taxé de raciste. Quant à son sac cabas sobrement nommé Barbes, il reprend tout bonnement le motif quadrillage propre à l’enseigne Tati, connue pour ses petits prix. Mais ce dernier coûte en revanche la modique somme de 1250€. Oui oui, vous avez bien lu ! Alors lorsque le 9 mai dernier, Balenciaga a commencé à communiquer autour de ses nouvelles sneakers… on peut se demander si la mode ne va pas trop loin ?


Les photos postées par la maison étaient pour le coup sans équivoque. On y découvrait plusieurs modèles de baskets totalement usées, carbonisées et importables, comme si elles avaient été utilisées une vie entière sans pouvoir en acheté d'autres.



Et c’est là tout le génie de Balenciaga ! En effet, la maison dont Demna Gvasalia est le directeur artistique depuis 2015, a réussi un véritable coup de com’ ! Les baskets totalement destroy ne servaient en réalité qu’à faire la publicité des vrais modèles commercialisés. L’inspiration ? Les chaussures destinées à la pratique de l’athlétisme au milieu du 20ème siècle et qui durent longtemps. Très longtemps.


Finalement, ce sont donc 3 paires de baskets qui seront disponibles dès le 16 mai prochain. Vous pourrez retrouver deux modèles montants en coton déchiré, déclinés en noir, blanc ou rouge et commercialisés entre 495€ et 1450€. La paire la plus chère ne sera disponible qu’en 100 exemplaires sur le site internet de Balenciaga, et en précommande. En fait c’est simple : plus la paire est usée, plus la facture est salée ! Le dernier modèle quant à lui surfe sur la tendance inépuisable des mules, puisque Balenciaga a imaginé une paire de baskets (toujours en coton déchiré) sans talons et vendue 395€. Le tout made in China…



Certains modèles de la collection Sneakers Paris affichent déjà des ruptures de stock sur quelques pointures. Alors, Balenciaga est-elle une marque qui profite volontairement des bad buzz pour se rendre ultra désirable ? Il y a fort à parier que oui, et ça lui réussit.

0 commentaire
  • White YouTube Icon
  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Instagram Icon