Body Positive : quand la mode casse les codes et prône la "vraie" féminité


De gauche à droite : H&M, Primark, Princesse Tam Tam

Tes marques préférées ont enfin décidé de te ressembler, de refléter l'incroyable femme que tu représentes pour ton époque en adaptant ses clichés, ses leitmotivs et autres images... pour le meilleur.


Cela ne date pas d'hier mais si l'on regarde sur le long terme, on pourrait presque le croire. Pendant des décennies, les femmes du milieu de la mode avaient pour vocation de ressembler le plus possible à des porte-manteaux, les marques se souciant de mettre en valeur bien plus les vêtements que celles qui les portent. Sauf qu'aujourd'hui, on est en 2019 et les femmes de notre époque ressemblent à tout sauf à des porte-manteaux.

Elles aiment manger ce qui leur chante, se sentent bien dans leur 40 ou 44, assument les transformations qu'impose le temps sur leur corps, qu'elles aient 26 ou 50 ans. Bref, elles sont faites de chair et d'os, et surtout d'une confiance en elles grandissante qui mérite moult applaudissements.


Pas toujours évident de grandir dans un monde où on vous formate à respecter certains critères physiques, où la beauté semble avoir sa propre définition arrêtée. J'en ai fait les frais, et toi aussi. Quelques heures de thérapie et plusieurs prises de conscience générales plus tard, la mode semble enfin entendre nos cris de désespoir. Bien que conditionnées à ces images depuis bon nombre d'années, on ne peut s'empêcher d'éprouver un soulagement face à cette évolution de mantra. La femme évolue, la mode aussi.


Voilà comment, alors que les pionniers ont été Asos, Boohoo ou encore Desigual... d'autres grandes marques ont décidé de s'aligner sur la volonté générale pour prôner la diversité des corps, la diversité des styles, la diversité des beautés. Parce qu'évidemment qu'il n'y a pas qu'une seule et unique Beauté, puisqu'il n'y a pas qu'une seule et unique Femme.


C'est à l'annonce récente d'une toute nouvelle campagne pour le géant du textile suédois, H&M, que nous avons décidé de faire le bilan sur la situation actuelle. En effet, la marque a opté pour Jill Kortleve, un modèle néerlandais, pour incarner sa nouvelle ligne de maillots de bain. Basta Photoshop et courbes inexistantes, sans pour autant tomber dans les modèles curve très souvent mis en avant ces dernières années : la jolie fille qui suscite l'engouement aurait très bien pu être toi, ta meilleure amie ou même moi. Oui parce que nous aussi quand on s'assoit, notre ventre ne reste pas plat. Parce que quand on mange un peu trop de raclettes en hiver, on n’assume pas franchement nos poignées d'amour et notre cellulite qui joue au yoyo avec nos nerfs. Et pourtant, personne n'aurait dû jamais nous faire croire que ces "défauts" n'étaient pas beaux à regarder, ou ne représentaient pas l'être féminin dans toute sa splendeur. Sur le même modèle, on retrouve les marque Primark ou encore Princesse Tam Tam qui balayent tour à tour les clichés actés du mannequinat.


Les femmes qui représentent les marques nous ressemblent, ont des défauts (si tant est qu'on puisse appeler ça comme ça, tiens !) et n'en sont pas moins canonissimes. Après tout, on a d'autant plus envie d'aller shopper les collections quand on voit ce qu'elles donnent sur des personnes à la morphologie lambda.


Mais ce n'est pas tout encore puisqu'il n'est pas toujours question que de poids bien que celui-ci soit une des préoccupations des standards féminins. Il est aussi question de sourires, de dentition et de symétries faciales avec les dernières campagnes de Primark côté street tout autant que Gucci du côté luxe. On aime la diversité, ce qui attire l'œil, ce qui change de ce qu'on a toujours vu.

On se sent mieux dans ses baskets et on est prêtes à hurler à la terre entière : oui je suis une femme, je ne ressemble pas à Barbie mais je suis belle, comme je suis. Et s'empresser de rajouter : "et de toute façon, si ça ne te convient pas, je t'em*********".



Alors oui, le combat n'est pas encore bien gagné puisque certaines marques continuent de prôner le basique et la taille 36 mais comme on dit, Rome ne s'est pas construite en un jour et on peut vous assurer que pourtant, aujourd'hui encore, elle reste l'une des villes les plus belles et les plus visitées du monde.


Alors chaque chose en son temps, la mode s'adapte de plus en plus à celles qui lui ont toujours donné autant d'importance et c'est déjà une belle avancée.





By Laurène Prunes


  • White YouTube Icon
  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Instagram Icon