Et si la mode devenait plus éthique en 2019 ?

Mis à jour : 29 janv. 2019


Instagram @dior

Le Fast Fashion


Après plusieurs scandales dans le milieu de la mode, les consommateurs ont commencé à se poser des questions… L’effondrement du Rana Plaza au Bangladesh en 2013 qui abritait des ateliers de confection pour diverses grandes chaines fit 1127 morts, les travailleurs forcés des champs de coton en Ouzbékistan, le fléau du travail des enfants… Bref autant d’éléments que nous ne pouvons plus ignorer.


Avec les réseaux sociaux tout s’accélère, les informations sont à portée de main et surtout, nous sommes à la recherche d’un monde plus juste, plus vrai, plus sain, pour tous. Parmi les multiples informations, il faut réussir à les trier et se forger sa propre opinion.


La mode est un formidable moyen d’affirmer sa personnalité, de doper sa créativité et de se donner confiance en soi. Mais le monde change, ses acteurs aussi et la mode doit suivre ces changements si elle veut perdurer. Faisons le point ensemble et gardons l’esprit ouvert.


On est à l’ère du Fast Fashion, phénomène apparu dans les années 90, c’est-à-dire que l’on produit et on diffuse dans un temps record nos vêtements en utilisant de nombreux produits chimiques non dégradables. Le but premier étant de créer un manque constant chez le consommateur qui va chercher à remplir un vide, toujours plus grand, en achetant frénétiquement… Oui on parle de toi, mais rassure toi, on parle aussi de moi !




D’ailleurs une nouvelle tendance a émergé depuis quelques années le «See now, buy now», ce qui veut dire qu’il n’y a plus de délai entre la présentation de la collection et la disponibilité à l’achat. Dans le Fast Fashion, en général, entre le moment où le vêtement est dessiné et le moment où tu jettes ton dévolu sur lui en boutique, il s’écoule moins d’un mois dans la conception de ton vêtement.


Mais attention, pour tenir ce délai, plusieurs choses à savoir : certains stylistes n’ont plus autant de liberté créative que dans le passé… et ça c’est bien dommage. Le métier tend à changer pour suivre au plus près les tendances du moment, cela implique une production constante, c’est ce qu’on appelle : le flux tendu. En 15 ans, on a augmenté de plus 50% nos achats de vêtements et on les jette aussi deux fois plus vite, ils sont le reflet d’une saison, d’une humeur, d’une envie.


Cependant, il faut avouer que le Fast Fashion simplifie grandement nos vies car c’est une porte ouverte à tous nos désirs. Dans nos vies souvent à mille à l’heure, c’est un gain de temps de pouvoir se rendre dans les grandes enseignes et d’y trouver très souvent son bonheur. De plus, les innovations sont constantes et souvent pratiques, comme par exemple des matières n’ayant plus besoin d’être repassées.





Au fond, le mode de consommation semble être ce qui permet de tendre vers un plus grand équilibre. Comme on le répète souvent, il ne faut pas abuser des bonnes choses et savoir doser : si chaque chose est consommée avec modération, les problèmes qui en découlent sont petit à petit réduits.


Comme dans n’importe quelle situation, il y a des points positifs et des points négatifs. A chaque problème, sa solution il faut juste que nous en prenions conscience. Des petits gestes quotidiens simples et rapides peuvent peut-être changer les choses ?


By Léa Petit

  • White YouTube Icon
  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Instagram Icon