La question de la semaine : Amour ou amitié, où fixer notre priorité ?


NBC

Comme on n’est pas tous célibataires et condamnés à le finir, la question viendra effectivement un jour à se poser dans notre tête. Et si jamais t’es en couple et presque à deux doigts de te marier, tu dois savoir de quoi je parle, sauf si tu fais partie de ces personnes qui ne prêtent aucune importance à ses amis dès lors qu’elle a un mec ou une meuf. Heureusement pour nous, ce profil d’humain est de plus en plus en passe de disparaître de la surface de la terre.


Je disais donc : alors que tu as été célibataire pendant des mois ou des années et que ton seul refuge émotionnel, sentimental et calinesque était auprès de ta bande de potes… tu es désormais en couple et c’est le big love. Les oiseaux font cuicui, le chat ronronne dans son panier et tes pancakes ne crament pas même si tu ne les surveilles pas du tout. Bref, schéma parfait pour une période parfaite.


Seulement voilà, autour de toi les gens s’interrogent sur la réorganisation de tes priorités. Évidemment, la question est plus que légitime. Une vie, c’est d’abord des habitudes mais c’est aussi des priorités qui se réadaptent en fonction des périodes. Tu te dis que tu vas devoir gérer tout ça d’une main de maître pour éviter les crises de jalousie, les esclandres et autres broutilles que tu prendrais bien trop à cœur.


Ta, ou ton, meilleur(e) ami(e) qui était devenu(e) ton avant-bras droit devra apprendre à lâcher du lest, tes potes à te voir moins débarquer le samedi soir et ton mec ou ta meuf à ne pas moufter quand tu les feras passer, eux, en premier. Oh, joyeux bordel ! Parce qu’au final, même en voulant bien faire, tu ne pourras pas contenter tout le monde. Le moindre de tes agissements pourrait être mal perçu par les personnes pour qui tu comptes.


Alors oui, c’est dans le calendrier d’une vie de rencontrer l’élu(e) de ton cœur pour penser ensemble à l’avenir et non, on ne te souhaite pas, d’être encore coincé(e) dans un lit avec 4 de tes potes en pleine gueule de bois passé 40 ans. Mais entre la peste et le choléra, on peut bien trouver une petite varicelle si tu vois ce que je veux dire.


Heureusement pour toi, et on te le souhaite, tu es entouré(e) de personnes intelligentes qui, si elles ne comprennent pas tout de suite, tenteront de faire avec ton nouveau comportement. Dans le cas contraire, on te propose de t’exiler au Vietnam pendant un ou deux mois sans mec et sans amis. Tu verras, c’est très bien le Vietnam et pas de prise de tête au moins.


Mais dans ce combat acharné qui dure depuis des siècles, comment éviter de tomber dans un extrême ou un autre en étant soit dans le camp « trop extrême en amitié » ou « type de personnes à couple » ? Fâcheuse tâche puisque l’être humain a rarement prouvé qu’il était capable d’être célibataire et engagé en même temps (ou alors, t’es exactement le genre de personne qu’on ne respecte pas des masses par ici).


Le problème quand tu coches la case célibataire depuis un peu trop longtemps, c’est que les gens s’habituent à ton statut, développent une sorte de relation avec lui et encaissent pas forcément les changements qu’il suscite. Or, en 2019, on devrait être capable de ne pas changer d’un poil de comportement que l’on soit célibataire ou en couple afin que ni l’élu(e) de notre cœur, ni nos potes (le sang de la veine, si si) n’en ressentent les conséquences.


Alors plutôt que de te demander ce qui est le plus important à tes yeux, développe tes capacités d’organisation et d’adaptation autant que les personnes qui sont présentes en face de toi. Cela évitera que ça te joue des tours. Parce que même si on est genre maxi-heureux pour toi que tu ne finisses pas vieux garçon ou vieille fille, si un jour tu te refais larguer comme une merde, il ne faudra pas venir pleurer auprès de tes potes si tu les as foutus dans un carton au grenier.



By La Garçonne

  • White YouTube Icon
  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Instagram Icon