Ghoste-moi si tu peux !


Universal Pictures

En 2000, il fallait se prendre par la main pour avouer « tu ne m’intéresses plus du

tout ». En 2019, on croit que faire le mort peut suffire à mettre fin à une foutue histoire

d’amour. Non mais quelle drôle d’idée…


T’as ton crush dans le viseur depuis quelques semaines. Dans ta tête, c’est l’amour fou. Mais

dans la sienne, t’étais loin d’imaginer ce qui se tramait. Remontons un peu le temps veux-tu ?

Par « amour fou », j’entend quelque chose de somme toutes très basique : tu as commencé à

entretenir une relation avec une personne qui semblait te rendre tout ton intérêt. Texto du

matin au soir, quelques verres de temps en temps mais aussi galipettes sous la couette plus

que prometteuses. Le fait de savoir que tu regardais des dessins-animés tous les matins ou de

t’avoir vu nu(e) ne l’ayant pas fait fuir, ton cerveau a commencé à passer à la vitesse

supérieure.


Mais enfin, se peut-il qu’enfin tu sois en couple ? Tu sautilles, trépignes et t’extasies : tu as

enfin rencontré une personne avec qui les planètes semblent alignées et qui semble répondre à

ton intérêt.


Sauf que quelques jours plus tard : fausse joie. Ton mode s’écroule et tu n’y comprends rien.

Un, deux, trois, cent, mille deux-cents cinquante messages plus tard, tu n’as plus aucune

nouvelle de l’élu(e) de ton cœur. Ça a commencé sobrement par un « j’ai moins de temps

pour répondre aux messages mais ça n’a rien à voir toi » et ça a fini par un « vu » lâché en

pleine tronche comme une fiante de pigeons sur ton épaule au milieu de la rue.


Aussi vite qu’il ou elle est rentré(e) dans ta vie, il ou elle en est reparti(e), te laissant là,

seul(e) et sans explication avec la bouche en position gobage. Quelques jours plus tard,

toujours plus de nouvelles et ce qui te semblait n’être qu’une vaste plaisanterie au premier

abord se transforme en situation totalement chaotique d’abandon express.


Oui, tu vis en 2019 et tu n’as pas d’autre choix que de constater que la maladie la plus

répandue de la décennie est le Ghosting.


Et si quand tu avais 8 ans, tu adorais Casper, il ne te laisse aujourd’hui qu’un goût amer dans

la bouche. Non mais es-tu sincèrement obligé de subir le manque de courage incessant des

gens ? La réponse est bien évidemment non. Sauf qu’en attendant, tous les deux jours tu

trébuches sur un(e) teubé qui va briser ton cœur avec un simple silence. Non mais quelle

époque 100% naze.


Je me penche sur le phénomène comme à un balcon d’où il faut m’enlever très très vite (si tu

veux mon avis) et prend une décision une bonne fois pour toutes : une personne qui n’est pas

foutue de te dire les choses franchement est une personne qui n’en vaut pas la peine. Même si

c’était une bombe sexuelle qui rigolait à tes blagues et dont les papouilles auraient pu ramollir

le cœur d’Hitler, oui même si tout ça.


D’ailleurs, permets-toi sans plus attendre de la juger, de la rabaisser et d’en faire ton 4 heures

car tu vaux définitivement mieux qu’elle. Tu te sens révolté(e) comme moi ? Très bien, on va

désormais pouvoir passer à deux conclusions très importantes : la première c’est qu’il faut

avoir du culot pour jouer les muets après s’être vanté d’avoir une aussi grande gueule. La

deuxième ? Le seul fantôme sexy qu’on devrait s’autoriser à supporter, c’est Patrick Swayze

dans Ghost, et personne d’autre.



By La Garçonne

  • White YouTube Icon
  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Instagram Icon