Roy Halston Frowick : Qui est ce créateur de mode au centre de la série Netflix «Halston» ?

Pour interpréter celui qui fut autrefois une icône de la mode américaine avant de tomber dans l’oubli, Ryan Murphy a fait appel à l’un des acteurs les plus enviés de tout Hollywood, Ewan McGregor ! Focus sur l’histoire mythique de l’inventeur du glamour américain.


Scénariste de génie, Ryan Murphy n’est décidément pas à court d’idées ! Après les succès retentissants des séries « American Horror Story », « Glee », « The Politician » ou encore plus récemment de la série « Ratched », Ryan Murphy est aujourd’hui de retour sur Netflix avec son nouveau projet « Halston ». Une mini-série qui retrace la vie de Roy Halston Frowick, l’un des plus grands créateurs de mode des années 1970.


Un créateur légendaire


Si son nom ne vous dit pas grand-chose, c’est bien normal. Malgré le patrimoine colossal que le créateur a laissé derrière lui dans l’histoire de la mode, Roy Halston Frowick a connu une ascension aussi rapide que sa chute. Né en 1932 dans l’Iowa, il est arrivé dans la Grosse Pomme à la fin des années 1950 avec un rêve : habiller toutes les New-Yorkaises ! Après des débuts dans l’atelier de la couturière Lilly Daché, puis en tant que modiste au sein du grand magasin Bergdorf Goodman, l’équivalent new-yorkais des Galeries Lafayette, Ray Halston Frowick s’est très vite accoutumé à la clientèle new-yorkaise.


La clef de sa réussite ? La réalisation d’un chapeau de style pillbox pour Jackie Kennedy qu’elle porta le 20 janvier 1961 lors de l’investiture du 35ème président des États-Unis, son époux John Fitzgerald Kennedy. Non seulement un simple chapeau a réussi à propulser le modiste au rang des créateurs les plus en vogue de son époque, mais il a également donné naissance à un tout nouveau style, le style « Jackie » ! Un empire est alors créé : la maison « Halston».








Le style Halston


Luxe, fête et volupté, ainsi pouvons-nous résumer la vie de Roy Halston Frowick. Figure majeure de la mode américaine, il est celui qui a créé l’esthétique même des soirées mondaines des années 1970, et plus particulièrement de celles du très célèbre Studio 54, ancien club new-yorkais considéré comme le plus glamour et le plus sélect du monde entier ! Sous fond d’ambiance disco et de plumes à gogo, ce club a réuni les personnalités les plus célèbres de l’époque : Bianca et Mick Jagger, Michael Jackson, Cher, Diana Ross, ou encore Andy Warhol, tout le beau monde y était !



À la tête de ce studio ? Roy Halston Frowick, un grand habitué de la maison ! Pour beaucoup de ces prestigieux fêtards, passer par le Studio 54 exigeait de porter une des créations du designer. Ainsi, les soirées de ce club très privé s’apparentaient à un véritable défilé dansant des créations de Halston !


C’est à ce moment-là qu’est né le « glamour à l’américaine », un style marqué par des drapés asymétriques, de longues et luxueuses robes fluides, des coupes classiques et minimalistes qui ont fait toute la renommée du créateur très vite propulsé au rang de superstar de la mode. Ces créations sobres et élégantes connaissent toujours un certain engouement dans la fashion sphère ! Ces pièces intemporelles ont indéniablement bouleversé toute la société américaine, si bien qu’il fut d’ailleurs l’un des premiers créateurs à exiger des mannequins noirs dans ses défilés. Désinvolte et effronté, cette force de caractère est l’essence même de la légende Halston qui lui vaut aujourd’hui une série à son honneur.



La chute d’Halston


C’est dans cette atmosphère de paillettes et de lumières qu’Halston a alors creusé sa propre tombe. Son nom décrit par Ryan Murphy comme étant « synonyme de luxe, de sexe, de statut et de célébrité » a été l’objet de sa destitution au sein de sa maque éponyme. Le rachat de sa maison en 1983 et son évincement par la compagnie Esmark, l’empêchant de réaliser ce qui le passionne le plus au monde, confectionner des pièces sous son propre nom, a provoqué sa chute en enfer. S’en suit alors des années de pénombre marquées par l’alcool, la drogue, le sexe, et plus particulièrement par la maladie. À l’âge de 57 ans, le créateur décède du Sida à San Francisco, emmenant dans sa tombe la renommée de sa maison. Le nom du créateur est alors oublié par le commun mortel qui, en dépit de plusieurs tentatives de résurrection de la marque, a peiné à s’intéresser à l’un des créateurs les plus talentueux de l’histoire de la mode.


Cette série est alors l’occasion de se remémorer l’histoire et le talent incontestable de Roy Halston Frowick qui est à découvrir ou redécouvrir dès le 14 mai sur Netflix !



0 commentaire
  • White YouTube Icon
  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Instagram Icon