Quelles sont les 5 tendances à retenir de la Fashion Week ?



Clap de fin pour le marathon de la mode (légèrement perturbé par le fameux coronavirus), c’est l’heure des bilans. Quelles seront les tendances phares de l’hiver prochain ?


#1 L’inspiration officier


BALMAIN SHOW

Non pas que la violence et la menace d’une troisième et fatidique guerre mondiale plane au-dessus de nos têtes, mais il semblerait que le vestiaire militaire ait inspiré plus que de raison nos créateurs chéris. Pièce maîtresse chez Balmain, un splendide pardessus bleu nuit aux épaulettes outrageuses ouvraient le show. Un manteau très classique en somme, mais qui, grâce à la largeur des épaules, nous rappelle toute l’opulence que peut représenter la maison d’Olivier Rousteing. Giambattista Vallinous livre, quant à lui, une vision plus féérique, presque Baby doll. Ce n’est pas un manteau mais une cape d’inspiration officier que le créateur nous propose, le tout rose layette, bien loin donc de l’univers militaire. Dernier exemple probant, Nina Ricci, qui offre une fusion entre cape et manteau, dans un beige très classique, facile à porter et garantissant une élégance à toute épreuve.





#2 Le néo-puritanisme


Givenchy

C’est à se demander si toute la mode n’est pas accro à La Servante Ecarlate, une série OCS traitant d’une société dystopique où la loi religieuse ultra rigoureuse est devenue la règle. Givenchy nous propos même une réinterprétation très personnelle de l’habit des servantes, d’un rouge profond, délaissant la cornette pour une cape incendiaire. Chez Balenciaga, le ton est beaucoup plus alarmiste. Sur un podium qui prend l’eau, Demna Gvasalia nous propose une silhouette sombre, presque lugubre, qui laisse toute sa place à la technicité et à la beauté de la matière, un clin d’œil évident à Cristobal Balenciaga, qui avait du noir et des robes ultra-structurées, sa signature. Enfin, Virginie Viard explore encore et toujours la vie de Gabrielle Chanel, en s’inspirant, une fois de plus, de son enfance au couvent d’Aubazine. En résulte, une robe très sage, rehaussée par quelques petits détails, notamment des boutons, suivant délicatement le buste de la mannequin.


#3 L’accessoire chouchou : le gant


Giambattista Valli

L’hiver prochain, vous risquez d’avoir une subite envie d’investir dans une (très) belle paire de gants. Mais pas n’importe lesquels : des gants opéra, outrageusement longs, qui rappellent la Belle Epoque et les élégantes que se paraient pour aller écouter La Traviata. Effet princesse garantie ! Déjà repérés lors de la Fashion Week Haute Couture chez Maison Valentino, les créateurs de prêt-à-porter ont transformé l’essai en proposant, eux aussi, leur version du gant opéra, d’Olivier Theyskens à Givenchy.












#4 Le blanc, la couleur de l’hiver ?


Chanel

Généralement réservé à l’été, les silhouettes blanches ont été aperçues dans quasiment toutes les collections. Une envie de pureté ? D’une mode chirurgicale lavée de toute excentricité ? Peut-être bien. Depuis quelques années déjà, la tendance est à la "moda poreva", chez certains créateurs qui proposent une mode dépouillée de toutes ostentations pour ne laisser que la beauté de la technicité du vêtement. Les plus belles interprétations du blanc ont été vues chez Louis Vuitton, avec une superbe combinaison, chez Chanel qui nous proposait une large sélection de silhouettes quasi virginales, ou encore chez Nina Ricci avec un ensemble robe et manteau des plus élégants.






#5 La pièce Waouh !

Louis Vuitton

Le prix de la pièce la plus impressionnante et la plus désirable revient à Nicolas Ghesquière, qui nous propose chez Louis Vuitton un boléro de torero réinterprété avec les codes de la veste biker. Un mélange hétéroclite pour un résultat surprenant et hypnotique. Une pièce qui nous rappelle évidemment les grandes années Christian Lacroix, mais avec une réinterprétation 100% actuelle. Bravo monsieur Ghesquière pour cette audace !











By Juliette Gour

  • White YouTube Icon
  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Instagram Icon