Peut-on réellement « reprendre une part » d’un plan cul déjà bien consommé ?


Qu’on me jette la pierre si ça ne t’est jamais jamais arrivé de développer des sentiments pour un vulgaire plan cul, le transformant en plan couette puis en plan catastrophe. Et évidemment que ça se saurait si tout était trop beau dans le meilleur des mondes et que ce genre de situation aboutissait à une Happy End digne d’un film avec Julia Roberts. Seulement voilà, il est là, canon, irrésistible et et il a envie de te revoir. Ouep, tu vois totalement ce dont je parle à l’instant T.


Il s’appelait Marcel, Hugo ou bien Gustave. Son joli petit nom était Marine, Bénédicte ou bien Charlotte. Peu importe le détail, ce que représente cette personne à tes yeux a bien un sens. Tu l’as rencontré(e) il y a quelques jours, quelques mois, quelques années. Et loin d’avoir l’envie de t’engager dans une relation sérieuse avec bouquets de fleurs et rouleaux de PQ en commun, tu t’es dit que ce serait sympas de le/la voir régulièrement pour t’envoyer en l’air, pattes à la perpendiculaire, dans le plus grand des calmes. Sauf que plus le temps avançait et plus tes sentiments évoluaient dans une direction qui aurait nécessité un petit coup de GPS.

Traduction : tu n’as absolument rien contrôlé, tu ne t’es pas compris(e) toi-même et tu t’es mis à agir plus que bizarrement avec cette personne. Crises de jalousie, violentes envie de passer plus de temps avec elle, questions chelou au milieu de la nuit… Bref, la totale. Et le verdict est clairement sans appel : t’es piqué(e).


Et évidemment, une fois que tu as accepté ce diagnostic, tout est parti en vrille. Tu t’es mis à considérer les choses autrement et ton plan cul l’a clairement ressenti, jetant un froid digne de Game of Thrones sur votre relation. Embrouilles, reproches et rupture etc.

Mais puisque vous vous entendiez plus que bien sur tous les supports, il y a bien un petit moment de faiblesse qui arrive malencontreusement à 4h du matin le samedi soir (non, ça ne sent pas le vécu : PAS DU TOUT) où l’un propose à l’autre de remettre le couvert.

Bim bam boum, il ne t’a fallu que quelques minutes pour te retrouver dans son lit, lui faisant sauvagement l’amour comme dans les films à l’eau de rose. Seulement voilà, une fois le moment de passion ultime passé (le câlin et les papouilles, c’est vraiment pour les plus chanceux… ou les plus perturbés), te voilà en pleine interrogation.


Bon ok, mais ça veut dire quoi ? Sentiments partagés ? C’était un one shot ou on va se revoir ? On reste en plan cul ou on va vivre heureux et avoir beaucoup d’enfants ? Mais attends, je suis pas passé(e) pour une bouche trou de compétition là ? Putain mais s’il/elle avait vu d’autres personnes?

On ne va pas te faire un dessin, t’es à deux doigts de te faire prescrire du prozac et c’est reparti pour un tour de tensions puisque visiblement le non dit et le mystère chaotique sont à la mode.

Dès lors, ne m’en veux pas de me poser la question : est-il vraiment intelligent de reprendre une part d’un plan cul déjà bien consommé ? Peut-être pas, sous peine de frôler l’indigestion de conneries et de galères.


Après tout, tout le monde le dit toujours : si ça doit marcher, ça se fera tout seul, ce sera simple et y’aura pas de malaises. Sauf que là, c’est tout sauf ça et si t’as autant d’égo et d’orgueil que moi, tu vas passer tes prochains jours à te torturer et osciller entre l’apologie de la spontanéité et de la passion et une fâcheuse tendance à t’auto-traiter de merde en boucle. Un avenir un peu bof pour une personne qui mérite mieux si tu veux mon avis.


Par contre, j’ai pas encore de solution pour toi si la personne en question est la seule qui a retenu ton attention depuis des mois et qu’il s’avère que c’est le coup du siècle… Là on préconise simplement un bon oxyboldine pour prévenir l’indigestion…




By La Garçonne

  • White YouTube Icon
  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Instagram Icon